mardi 8 avril 2008

E = mc²

Comme je suis bête de choisir un tels titre pour cet écriteau, je dois dire que l’imagination et la créativité sont de plus en plus mon point faible et que je ne sais plus m’exprimer qu’en mots simples et en phrases de moins en moins longues et complexes que je passerais dans peu de temps dans le camp des illettrés et des débiles mentaux dont le seul don est de faire des phrases smsiques du genre « tu t pa c où ? » où skypique de la forme « :D J ;) :p » et dont la créativité passe par le code vestimentaire bizarroïde qu’ils se sont choisit. Je me moque d’eux et je ne suis pas meilleur car pas plus qu’eux loin des claviers et des touches toutes mes discussions se restreindrent aux « salut, sa va ? et le boulot ? à la prochaine » car je ne trouve plus de raisons pour parler aux gens où pour partager avec eux plus que des bus, trains, métros, studios, …etc. déjà que même entre les miens je passe trop souvent en nième plan voire en n+1ème plan j’ai peu de chance d’intéresser d’autres sauf si, par exemple, je figure à la une d’un journal où à la page nécrologie, sinon si je me tien debout au bord du toit d’un immeuble à six étage avec une enveloppe à la main. Toute ma vie je n’ai vu quelqu’un se diriger vers moi pour me demander autre que l’heure où une adresse que lorsqu’il était trop tard pour le faire et encore moins, ça n’a jamais été la bonne personne pour le faire. Je ne vois pas pourquoi j’intéresserais quelqu’un alors que je fuis les engagements moraux et sociaux quelque soient leurs formes de peur que ce qui puisse m’arriver, surtout les problèmes qui me tombent dessus constamment, ne les affecte et que ça les pousse à montrer une quelconque forme de compassion ou de charité, chose que je déteste le plus au monde vu que je fais passer ma dignité et mon ego avant tout. Au faite, loin de moi d’être altruiste et mes dons de sang, mes actes de charité, …etc. ne sont pour moi qu’une façon de faire valoir encore plus mon ego et ma personne et là je ne parle pas de me vanter mais de m’auto vanter car je suis d’un égoïsme sans égal et d’un égocentrisme enfantin, diraient certains. Comme vous le remarquerez certes dans mes phrases, tout m’est relatif ; ma philosophie de la vie et ma perception des choses diffère de celle des gens dis normaux, d’ailleurs tous ceux qui me connaissent me disent qu’ils n’arrivent pas à cerner ma façon de réfléchir. Je disais que tout m’est relatif même cette fameuse équation einsteinienne m’est totalement fausse car ce n’est guerre vrai que l’énergie est proportionnelle à la masse la preuve en ai que j’ai tout le temps puisé le maximum d’énergie dans les petites choses et dans ces attentions qui n’ont de poids ; dans un bonjour dis avec le sourire, dans la lettre d’une personne pour laquelle je porte une grande estime et dans laquelle elle m’appelle par « cher ami », …etc.

Je me rappellerais toute ma vie ce réveil du 6 juin 2006, j’étais en pleine galère dans mon projet de fin d’année, j’avais enchaîné plus de trois nuits blanches et je ne dormais que pour une heure ou deux pour reprendre le travail par la suite quand je reçois pour la première fois de ma vie un message de la fille que j’aimais le plus au monde m’y appelant « mon cœur » alors qu’elle était d’une timidité telle qu’elle rougissait pour rien. Ce matin là toutes mes peines et toute ma fatigue se dissipèrent dans ces quelques mots de ce message et je ne puis que vous laisser imaginer la force et la volonté avec laquelle j’ai repris mon travail. Nous, autres artistes ou âmes privilégiés comme dirait une chère personne, nous nous nourrissons de toutes ces choses insignifiantes et non matérielles que nous sommes les seuls à apprécier la vraie valeur. En tant qu’homme, je ne peux que m’en passer de ces conneries et de ces nuages qui n’apporteront jamais de pluies, or en tant que poète m’en passer de ces petites attentions et de ces rêves c’est me condamner à mourir et à avorter tous les chefs d’œuvres et toutes les belles compositions que j’aurais pu faire venir au monde.

En cette heure tardive de la nuit, ce vantard qui est en moi se sent si épuisé qu’il va rejoindre le monde où il règne en maître celui des éléphants roses et des vendeurs de sable.

2 commentaires:

POLYTECH a dit…

Energisant texte sur une approche des relations humaines qui peuvent ANEANTIR et qui peuvent STIMULER .
Trés reducteur mais c'est que cela m'inspire

Ignescence a dit…

Ce que je voulais exprimé dans mon texte est que la différence entre le matériel et le spirituel est tellement grande qu'elles ne peuvent obéir aux mêmes lois "Universelles"